20235880 s

 

L’épigénétique au service du Bien-être

Grace à la science, une révolution est en marche dans la santé.

L’épigénétique démontre l’impact de l’environnement dans l’évolution des maladies physiques et psychiques. L’épigénétique c’est la modulation de l’expression des gènes par l’environnement au sens large (contexte émotionnel, état hormonal, état nutritionnel, infections bactériennes, virales, etc.) qui peut influer sur toutes nos potentialités affectives, cognitives, motivationnelles.

Nous voulons mettre ces dernières découvertes scientifiques au service de tous car elles sont aussi du domaine des sciences humaines, compréhensibles par tous.



C’est une révolution et l’A.SA.P. a la volonté de permettre à un public désireux d’être à la page, de se familiariser avec la notion d’épigénétique.


13559413 sLe concept de fatalité génétique est aujourd’hui démodé, pourtant il est toujours transmis dans toutes les couches sociales de nos sociétés. Mais l’épigénétique vient apporter un nouvelle force face aux restrictions jadis véhiculées par l’unique génétique.

Prenons le risque, en citoyen lambda, d’accompagner ceux d’entre nous qui veulent s’intéresser à l’épigénétique, ceux qui sont curieux de l’influence positive que les principes de l’épigénétique peut avoir sur notre bien-être et sur celui de nos proches.

Dans cette approche environnementale,  le micro et le macro, la biologie et les sciences sociales et humaines sont interdépendants par de multiples et immesurables liens.

L’épigénétique EST une révolution scientifique

« La grande Révolution des cinq dernières années est l’Épigénétique.
La génétique c’est le Programme du vivant. Notre programme de Vie est organisé avec 15% d’ADN stable et 85% dont on disait il n’y a pas si longtemps qu’il s’agissait d’A.D.N. poubelle. Maintenant on connaît de quoi sont fait ces 85%. Les ARN qui circulent et régulent en permanence le fonctionnement des gènes. Les ARN ce sont les 85% qui sont représentés dans ce qu’on nomme L’épigénétique. La transition dans laquelle nous sommes engagés c’est un bouleversement et on n’a encore rien vu de ce qui va se passer dans les dix prochaines années. Un bouleversement sur trois plans : scientifique, technique et humain, qui mène à une médecine personnalisée, une médecine préventive, une médecine participative et une médecine prédictive.  Notre comportement peut agir sur le fait que tel gêne va être plus exprimé et tel autre plus inhibé, tel autre ralenti. Ces nouvelles connaissances en génétique, épigénétique et neurosciences contribuent à une avancée interdisciplinaire qui bouleverse ce secteur. » (J. de Rosnay, Docteur en Sciences, écrivain)

12082749 sPhysiquement nous soignons nos cicatrices pour qu’elles ne s’enveniment pas. Pourquoi ne le faisons-nous pas pour nos petits bobos psychiques ?

Par ignorance, nous avons peur de notre psychisme, donc de notre introversion, de nos pensées réflexives, certaines pourraient être compliquées…

Or, il peut y avoir danger là où nous ne le croyons justement pas. Nous savons formidablement bien enfouir les problèmes pour lesquels nous ne trouvons pas naturellement des réponses prédéfinies par notre culture sociétale environnante et dominante.

Est-ce suffisant ? Certainement pas.

Antonio Damasio et Joseph LeDoux  ont contribué à populariser l’idée que : « l’intelligence, la mémoire et tout ce que l’on met habituellement dans la sphère de fonctions intellectuelles supérieures est en connexion étroite avec les émotions, les passions, les pulsions. Le cortex ne peut fonctionner correctement sans le recours aux régions limbiques du cerveau, responsable des émotions ». (Le Cerveau et la Pensée, 2012)

En mettant de côté certaines de nos émotions, nous sommes aujourd’hui dans un problème de mutilation d’une partie, probablement la plus vivante, de nous-mêmes. Or, nous sommes des êtres pensant, aucun système, le plus rationnel soit-il, ne devrait interdire à l’homme sa pensée même si elle doit être irrationnelle par rapport à la pensée sociétale dominante.

Après nous direz-vous, comment faire pour que les scientifiques ne débouchent pas sur des découvertes de solutions arbitraires ? En fait, les statistiques ne sont des supports qu’incomplets. L’influence de l’environnement est une toute nouvelle approche scientifique à découvrir : elle est internationale et locale, plurielle et individuelle, et elle est humaine, ce qui ne peut se résumer à des chiffres.

Pour la mettre en pratique, chacun d'entre nous doit découvrir l’équilibre des environnements qui convient le mieux à son bien-être. Nous vous proposons de devenir vos propres opérateurs, vos experts de proximité. 

Un environnement positif aura une influence primordiale sur notre santé et directement sur celle de nos proches

As. Soon As. Possible.